dimanche 20 février

Le dimanche soir

Le dimanche soir est une sinistre parenthèse de l'espace-temps...

J'me sens perdue, comme d'habitude.
J'aime pas les dimanche.

Et puis....je me pose des questions. Alors ça varie, y'a des jours où tout va bien, des jours où c'est toi et moi contre le monde entier, et des jours, où je me torture....Et je n'arrive évidemment pas à lui en parler, sinon ce serait réglé depuis longtemps. Et j'ai peur de trop lui demander. J'ai peur qu'il voit que j'ai peur. Que je n'ai pas confiance en nous. Un rien me fait douter. Un livre, une parole, un mail.
Il ne répond pas assez à mes mails pour que je sois rassurée. J'ai peur qu'il ne se lasse, et j'ai peur de le lasser en lui montrant que j'ai peur, ou en lui parlant.

Stupid.

Je veux pas vivre une histoire de vieux, un truc posé, on se voit un week-end sur deux, on b**se dans le noir et le dimanche on va au marché... J'veux du romantisme, de la surprise, de la fougue (oui tout ça à la fois, non je ne suis pas du tout pétrie de paradoxes)

Au fond, partir au Royaume-Uni c'est aussi une fuite sentimentale ? Inconsciemment, je dois me dire que ce sera un prétexte pour terminer cette relation.

Mais je l'aime, et pour de vrai, du Grand, du Bel Amour qui dure, avec la robe et les enfants, le pavillon et le chat.

J'me sens désarmée face à lui. Lui il a déjà réfléchi à tout, et moi j'me sens stupide, vide et potiche. Ses amis ne m'aiment pas, il n'aime pas mes amis, ils ne parlent que de trucs à eux, entre eux, et moi j'accompagne et étale mon ignorance, et ça les fait tous bien rire....


Oh Dieu que je déteste les dimanche soirs.

Posté par Oversleeping à 19:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le dimanche soir

Nouveau commentaire